Polyamour : peut-on aimer plusieurs personnes à la fois ?

Le polyamour, ou pluri amour, est une notion assez discrète. On retrouve toutefois des relations polyamoureuses dans notre société : parfois à la télé dans certaines émissions, parfois plus proches de nous. Peut-être même vous sentez-vous concerné personnellement ? Il faut avoir un esprit ouvert et passer outre les conventions du couple dit « traditionnel » afin d’essayer de comprendre ce qu’est le polyamour.

Le polyamour, qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre le polyamour, il faut mettre de côté tout ce auquel vous êtes habitué dans les relations amoureuses. Il faut une grande ouverture d’esprit, et, si vous n’êtes pas concerné, accepter que d’autres aient une vision sentimentale différente de la vôtre. Car oui, dans le polyamour, on parle bien de sentiment.

Donc un polyamoureux est une personne qui conçoit que l’on peut tomber amoureux de plusieurs personnes à la fois. Il le conçoit pour lui, comme pour ses partenaires. Le polyamour rejette toute notion d’exclusivité, et donc par conséquent, de jalousie, de la possessivité et des angoisses qui peuvent y être liées. Le polyamoureux peut être sincèrement et profondément amoureux de plusieurs personnes.

La logique du polyamoureux est la suivante : être amoureux d’une personne, c’est vouloir son bien-être, se réjouir de son bonheur. Or, qui est assez vaniteux pour prétendre apporter à l’être aimé du bonheur tous les jours, tout le temps, sur tous les thèmes, dans tous les moments de vie ? On est conscient de ses propres faiblesses, et on admet que oui, une autre femme ou un autre homme peut apporter du bonheur à son mari ou sa femme, sans pour autant qu’il l’en aime moins. On est complètement sorti du schéma « Je t’aime pour tout ce que tu es ». C’est presque une sélection ; j’aime Pierre parce qu’il aime voyager, j’aime Sophie pour cocooner, j’aime Jean-Pierre pour l’expérience sexuelle…

Pour couper court à toute confusion, rappelons que la polygamie est un terme à sens unique : il ne concerne qu’un homme qui est marié à plusieurs femmes (dans un pays dans lequel ce serait légal). De même, le polyamour n’est pas du libertinage, qui concerne uniquement le sexe. Un polyamoureux peut pratiquer l’échangisme, ou un échangiste être polyamoureux, mais c’est bien deux choses distinctes : une pratique sexuelle d’une part, une façon de vivre et d’aimer d’autre part. De même, le polyamour n’a rien à voir avec l’infidélité. Les partenaires sont tous informés et impliqués de façon consentante dans cette relation.

polyamour
S’affranchir de la notion de couple

Il faut donc faire la déconstruction complète du schéma traditionnel « relation amoureuse = deux personnes ». Les polyamoureux subissent une insatisfaction, voire une frustration, à ne vivre qu’avec une seule personne. Il peut y avoir différentes relations amoureuses :

– Une relation principale et des relations complémentaires : on peut vivre en couple avec une personne et rencontrer plusieurs personnes en dehors, dans la transparence la plus totale ;
– Toutes les relations sur le même plan d’égalité : le sentiment amoureux n’est pas plus fort pour une personne en particulier, chaque partenaire est sur un pied d’égalité. Dans ce cas, on vit seul, mais on peut aussi vivre à plusieurs ; à force de compréhension mutuelle, de bonne entente générale, certains arrivent à vivre à trois ou quatre.

L’idée n’est pas de pouvoir tromper librement, mais plutôt de conserver une certaine autonomie, ce fameux jardin secret qu’il est important de cultiver afin de ne pas se perdre dans sa relation. Si certains décident de sortir entre copines ou faire du sport seul, d’autres s’octroient la liberté de rencontrer d’autres personnes, de découvrir d’autres personnalités. Accorder la liberté à l’autre, c’est aussi préserver la sienne.

Si vous pensez que c’est facile, que c’est la belle vie et que vous allez butiner allègrement de fleur en fleur, détrompez-vous ! Les relations polyamoureuses ne sont pas forcément des passades non plus ; elles nécessitent un minimum d’organisation, de règles, voire de concessions et de compromis… comme dans un couple classique.

Qui est fait pour le polyamour ?

Peut-on dire qu’une personne est « faite » pour le polyamour ? Peut-être est-ce plutôt, comme une orientation sexuelle, un fait établi par notre corps, sans choix de la part de la personne. On est peut-être polyamoureux comme on est hétérosexuel, homosexuel, asexué, bisexuel… C’est un fait, point.

Ou alors est-ce un suivi thérapeutique qui nous a fait prendre conscience que si la société dictait qu’un couple, c’est deux ; et la réaction c’est : « Eh bien moi, je pense autrement, je ressens autrement. Oui, moi, je suis capable de comprendre que je ne peux pas TOUT apporter à mon partenaire, et j’accepte qu’il aime quelqu’un d’autre pour ces qualités que je n’ai pas. Ainsi, je me dis également qu’il est normalement que mon compagnon/ma compagne ne puisse pas remplir toutes les cases, et que mes partenaires se complèteront. ».

On retrouve cependant des traits de caractères qui seraient peu compatibles avec une relation polyamoureuse : une forte angoisse personnelle, une faible estime de soi, une jalousie naturelle, un besoin de sécurité affective ou de routine. De même, mener de front plusieurs relations avec une vie professionnelle très riche, une santé fragile, un proche dont il faut s’occuper peut se révéler assez sportif sur le plan de l’organisation !

Attention malgré tout aux influences néfastes ou mauvaises fréquentations : ne cédez pas à un effet de mode, ou une tendance. Cela pourrait s’avérer très douloureux pour tous les acteurs de la relation. Et là où le bât peut blesser terriblement, c’est si vous tombez amoureux d’une personne polyamoureuse sans l’être vous-même. Si elle est honnête et vous en parle rapidement, vous avez le choix entre ne pas céder à l’attirance et vite passer à autre chose, ou essayer d’accepter, mais à vos risques et périls. Si vous êtes dans ce cas et que vous souhaitez plus de conseils, contactez Cabinet Kld.

Les amours plurielles dans notre société

On est dans une société complètement axée sur la notion de couple. Une relation amoureuse, c’est un homme et une femme, point. On commence à s’ouvrir à l’homosexualité : ce couple peut être composé de deux hommes ou deux femmes. Les bisexuels quant à eux, disent bien tomber amoureux d’une personne et non d’un sexe en particulier, mais restent en marge également. Alors maintenant, allez annoncer à vos parents ou votre famille que vous êtes en couple avec plusieurs personnes…

Tout au mieux, cela fera rire : « Oui, tu butines à droite à gauche en fait ! » ou choquera « Tu trompes ta compagne ? ». Preuve ainsi de la méconnaissance de cette situation, qui est tout de même établie et évoquée par les philosophes depuis plus de cent ans.

La société craint ce qui n’est pas conventionnel. Pourtant, la critique de la monogamie peut être faite également ! N’est-elle pas qu’une norme sociétale à laquelle on se soumet par défaut, sans réflexion, sans même réfléchir à d’autres options ? Comment trouver son épanouissement personnel lorsqu’on est constamment confronté à la même personne ? Si le modèle monogame est si parfait, pourquoi autant de divorces ? Autant d’infidélités ?

Pourtant, on retrouve des relations polyamoureuses dans la culture populaire :
– au cinéma avec les films culte Jules et Jim ou les Valseuses,
– dans la littérature avec L’invitée de Simone de Beauvoir (elle-même polyamoureuse, comme l’un de ses partenaires, le non moins célèbre Jean-Paul Sartre),
– à la télévision avec la série Sense8.

Attention toutefois si vous avez des enfants : selon leur âge, leur degré de maturité et la nature de vos relations (sorties indépendantes ou réelles relations au sein du foyer), veillez à bien leur expliquer votre fonctionnement, afin qu’ils ne se sentent pas perdus au milieu de tout ce monde, et que votre façon de vivre n’entrave en rien votre rôle de père ou de mère. Votre mode de vie ne doit pas avoir un impact négatif sur vos enfants.

C’est encore pire si vous avez des adolescents : dans cette période compliquée où ils font tout pour rentrer dans le moule et ne pas se faire remarquer, veillez, dans le cas de relations polyamoureuses « visibles », à aborder le sujet plutôt qu’attendre le clash.

Comme pour les autres relations (ceux qui ne jurent que par le célibat, ceux qui couchent le premier soir, ceux qui ne savent pas vivre seul…), pour bien vivre le polyamour, des règles vis-à-vis de soi-même et vis-à-vis des autres doivent être établies. Les mariages à plusieurs sont bien entendus interdits par la loi, mais personne ne peut vous empêcher d’aimer plusieurs personnes ; l’essentiel est de toujours préserver le respect de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *